Flash info

La Newsletter de la FIF d'Avril-Mai-Juin 2017 en ligne
_

Créer un PDF Recommander Imprimer

Le Grand Paris Express : un chantier majeur pour l'avenir de la filière ferroviaire(Cahiers d’Administration - Mars 2017)

Par Louis Nègre, Président de la FIF (Fédération des Industries Ferroviaires)

Si le constat d'une raréfaction, dans notre pays, de grands projets industriels ou de transport fédérateurs est largement partagé, il y a heureusement des exceptions à la règle : le Grand Paris constitue l'une d'entre elles.

Depuis les années 70-80 dans le secteur ferro­viaire transcendé et aussi remodelé par la grande aventure du TGV, il nous manquait un projet collectif « phare » apte à la fois à faire rêver, à appor­ter de la visibilité industrielle, à donner du sens à l'action publique et à s'inscrire dans la durée.

Il aura fallu attendre plus de trente ans pour voir émerger un projet qui réponde à toutes ces exigences. Les chiffres et le tracé parlent d'eux-mêmes : 32 milliards d'euros d'investissement en matériel rou­lant et infrastructure et un schéma de transport francilien totalement remodelé, des innovations technologiques dans la conception des systèmes de signalisation, de l'exploitation et, au-delà, une for­midable vitrine à l'international pour le savoir-faire de notre filière ferroviaire.

Approche, à la fois visionnaire et ambitieuse, le Grand Paris Express répond pleinement aux défis de la mobilité du XXIème siècle. En même temps, il constitue un formidable tremplin pour notre filière ferroviaire. Ne nous y-trompons pas, la croissance démographique sur  notre planète s'accompagne d'un phénomène durable de concentra­tion urbaine et massive, notam­ment en Asie et en Afrique.

Les mégalopoles se développe­ment et se multiplient et corrélati­vement les problèmes de pollution et de mobilité pour les populations. Or, c'est dans les périphéries que se situe le développement des popula­tions ainsi que les emplois.

L'accès des périphéries aux cen­tres-villes étant impossible à déve­lopper, ce sont les déplacements banlieue-banlieue, sorties des cen­tres-ville vers les banlieues - toute la mobilité quotidienne liée à ce type de déplacement — qui génère asphyxie et congestion routière croissante.

Or, si le véhicule décarboné est un élément de réponse pertinent au problème de la pollution de l'air, le transport collectif massifié (mass transit) constitue pour sa part un élément de réponse non moins per­tinent au problème de saturation routière.

 Métros automatiques, tramways, trams-trains sont de fait les vec­teurs de la mobilité urbaine de demain. Ceux-ci vont connaître un développement sans précédent sur notre planète au cours des décen­nies à venir.

Il suffit de se souvenir que sur 500 villes de plus d'un million d'habitants dans le monde, seule­ment 200 possèdent un réseau de métros et/ou de tramways. Le développement de ces réseaux s'accompagne de la mise en œuvre  de systèmes d'exploitation sophis­tiqués et de haut niveau technolo­gique pour la signalisation et la conduite automatique.

Ces exigences correspondent pleinement au savoir-faire de notre filière dont l'excellence est recon­nue à travers le monde pour aussi bien les métros automatiques, la signalisation ou l'ingénierie sans oublier les produits de l'infras­tructure ferroviaire. Les références en la matière sont multiples : métro de Singapour, métro de Taipei ou métro de Uijeongbu ...

Et comment ne pas souligner les atouts intrinsèques du projet Grand Paris Express pour être à la fois un vecteur de développement de notre filière sur le territoire national et une extraordinaire vitrine du savoir-faire de notre filière industrielle ferroviaire.

On ne peut donc que rendre hom­mage à tous ceux qui, avec un esprit visionnaire, et convaincus de l'avenir du transport collectif, ont fait en sorte de transformer le rêve en réalité.